EE

Les Ecologistes de l'Euzière

Accueil Nature Education à l'environnement Patrimoine Association
Vous êtes ici : Accueil >> Rubrique Nature ...  >>  Quand la Nature vous parle ...  >>  ... d’animaux  >>  Bestiaires

Le Grand Cormoran

 

Nous profitons de cette période de froid hivernal pour vous présenter un animal sujet à bien des polémiques  : le Grand Cormoran.
Beaucoup de méfaits lui sont reprochés, dont le principal : cet oiseau est un pilleur de poissons d’une voracité agressive.
Evidemment, le Cormoran qui est pratiquement tout noir, plutôt pataud et imposant, n’a pas grand chose à lui pour gagner la sympathie des gens. Qui plus est, il est capable d’ingurgiter au moins 300 g de poissons par jour et comme il est d’instinct plutôt grégaire, la pêche se déroule en bandes et avec des rabatteurs. On comprend pourquoi les pêcheurs ne le portent vraiment pas dans leur coeur. Plus sensible qu’eux, plus efficace, toujours une longueur d’avance : y’en a marre, « il faut éradiquer cet oiseau qui est en train de pulluler vu qu’on l’a protégé ».
Effectivement, le Grand Cormoran est protégé sur notre territoire car la chasse, les destructions au nid avaient réduit les effectifs nicheurs à seulement quelques couples dispersés sur la côte normande. Aujourd’hui, la population est estimée à au moins 2 000 couples nicheurs dont 90% sur le littoral atlantique. Quelques nids sont trouvés à l’intérieur des terres (Rhin, Rhône) et aucun sur notre côte méditerranéenne. Pas de quoi s’alarmer !
En Languedoc, les Grands Cormorans (
Phalacrocorax carbo ssp. sinensis) ne viennent nous rendre visite qu’en hiver et beaucoup ne font que passer. Les maxima observés se situent au mois de novembre où, par exemple, sur l’étang de l’Or on peut compter 1500 individus contre 500 en hiver. Durant cette même période, sur la totalité du littoral du Languedoc, on dénombre 6000 individus et 4000 en Camargue pour un chiffre total français estimé entre 15000 et 20000.

Les pics de passage de novembre correspondent au maximum de capacité alimentaire de nos lagunes et, mais c’est seulement une hypothèse, au passage passif des jeunes anguilles amenées par les entrées marines.
Certes ces chiffres peuvent paraître importants, mais ramenés à la surface des étangs* et compte tenu que les oiseaux chassent en bandes et sont peu regardants quant aux espèces capturées (anguilles, loups, muges essentiellement), on peut relativiser.
De manière générale, il est vrai que la population de Grand cormoran est en augmentation en raison de son statut d’espèce protégée. Néanmoins, les effectifs sont encore loin d’être revenus à leur niveau initial.
Chez nous, le préjudice causé aux pécheurs n’est, de plus, que ponctuel comme on vient de le voir et ne concerne qu’une partie de la population européenne : celle de la Baltique.
Il faut donc faire avec, partager l’espace et avoir recours à des techniques de dissuasion plutôt que d’en venir à la poudre qui est préjudiciable pour bon nombre d’autres espèces.

* 5 individus/ha

Thierry Disca, permanent
dessins : Philippe Martin, permanent

(tiré de la Lettre n° 53 des adhérents des Ecologistes de l’Euzière)

Haut de page

Dans la même rubrique


Réactions du Forum

Haut de page

Bon de commande et Adhésion

Retrouvez l'ensemble des publications des Ecologistes de l'Euzière :  Cliquez ici
Pour rejoindre les adhérents de l'association et connaître les dates des  : sorties Nature